États-Unis : Donald Trump évoque à nouveau ses promesses de campagne

Par Marie 0

Donald Trump a reparlé de ses promesses de campagne sur la torture, le climat et Hillary Clinton au cours d’une interview accordée au New York Times ».

Le nouveau président américain a reparlé mardi de ses nombreuses promesses de campagne tout en mettant un peu d’eau dans son vin par rapport au climat et d’indiquer qu’il ne compte pas ester Hillary Clinton en justice, il a changé sa position sur la torture, mais il n’a pas été clair sur sa politique étrangère.

Fraichement élu, Donald Trump a également réprouvé le groupe de néonazis qui a célébré sa victoire samedi à Washington, lors d’une interview accordée aux journalistes du New York Times sur ce sujet. Lors de cette interview retranscrite sur Twitter, Donald Trump a démontré qu’il est capable de diriger les Etats-Unis dès le 20 janvier malgré ses nombreuses propositions de campagnes qui ne sont pas assez claires.

« Je suis cela de très près. J’attends des propositions sur cette question » explique-t-il sur l’accord de Paris portant sur le climat signé fin 2015 par 195 états. Or il est important que les Etats unis donnent une réelle position car les Etats-Unis occupent la seconde place dans la liste des plus grands pollueurs au monde. Ceci pour que l’accord puisse donner des résultats conséquents. D’ailleurs au cours de la COP22 qui prit fin à Marrakech, plusieurs pays ont invité les Etats-Unis à respecter ses engagements.

L’homme d’affaires qui travaille avec des spécialistes en climatologie incrédules pensent que le changement climatique est un mensonge » purement créé par les chinois malgré que le fléau soit réel d’un point de vue scientifique.

En début de semaine, il a répété qu’il annulerait les restrictions sur le charbon, le pétrole de schiste et le gaz. « A mon avis, il existe un lien entre l’homme et le climat, mais cela dépend de la situation » a-t-il déclaré ensuite mardi quand il a précisé qu’il était inquiété par le cout et les impacts des décisions environnementales sur la compétitive des Etats-Unis.

Hillary Clinton ne sera pas traduite en justice

Celui qui sera investi officiellement Président des Etats-Unis à partir du mois de janvier a indiqué qu’il ne compte pas poursuivre son adversaire démocrate à la présidentielle américaine, Hillary Clinton dans le cadre du scandale de son serveur privé ou de la fondation de Bill Clinton son époux quand elle était encore secrétaire d’Etat à la diplomatie.