Entre Hollande et Bartolone le froid s’est installé à tous les niveaux

Par Marie 0

Désormais, les relations entre le Chef de l’État et le Président de l’Assemblée, sont en bernes. Claude Bartolone affiche ouvertement son désaccord avec celui qui fut l’un de ses proches et soutiens jusqu’au jour où il lu les propos tenus par François Hollande contre lui. Des propos qui l’on froissé visiblement.

Au départ, il a montré un questionnement qui laissait entrevoir une colère.

«  Je me demande vraiment qu’elle est sa résolution… On se demande bien s’il veut réellement être candidat » a lancé Claude Bartolone, dans le journal La Provence. Première pique lancée contre François Hollande par Bartolone deux jours après le lancement du livre «  Un président ne devrait pas dire ça… » Et ce qui augurait une riposte contre les propos tenus le Président de la République contre le président de l’Assemblée nationale.

Face aux journalistes Gérard Davet et Fabrice Lhomme, le Chef de l’État a jugé que Claude Bartolone n’avait «pas la largeur», «pas un charisme immense» pour occuper le poste de premier ministre. En fait, Claude Bartolone visait le poste de Matignon quand, Jean-Marc Ayrault, avait annoncé sa démission en 2014.

Il était au courant que le Président n’allait pas le nommer à ce poste, mais il ne s’attendait pas à être descendu dans un livre.

La meilleure c’est quand François Hollande a expliqué aux deux journalistes que Claude Bartolone s’était énervé quand il avait découvert pendant la campagne pour les régionales, qu’un procureur avait donné l’ordre d’ouvrir une enquête préliminaire contre lui sur une supposée affaire d’emploi fictif. « Plusieurs hommes politiques le savent » explique François Hollande concernant le Président de l’Assemblée indiquant que cela sentait le complot. Une partie du livre qui la dépeint » reconnaissent les membres du PS.

« Il s’agit d’un sicilien, il est très susceptible » déclare un membre de l’entourage de François Hollande, qui ne mesure pas la porté de la mésentente entre le chef de l’état et le Président de l’Assemblée nationale.

« Il n’existe aucun problème entre les deux, comme il n’y a aucun dysfonctionnement ». Les maître de l’Élysée et celui du Palais Bourbon se sont rencontrés pour s’expliquer, mais cela n’a pas suffit à calmer les ardeurs. Et mardi lors de la réunion du groupe, le Président de l’Assemblée à remusclé sa riposte.